Votre panier

Votre panier est actuellement vide.

Poursuivre vos achats

Mes artistes préférées - Hommage en cette Journée de la Femme

by Léa Petitjean |

Depuis 1977, nous fêtons le 8 mars La Journée Internationale des Femmes pour les Droits des Femmes. Cette journée trouve son origine dans le combat des suffragettes pour le droit de vote au début du XXème siècle, ainsi que dans les nombreux mouvements des ouvrières à la même époque, pour de meilleures conditions de travail. 

En France, on a notamment connu les grèves féminines des sardinières, des moulineuses de soie, des bobineuses de tissage de coton, ou des cabanières qui manipulaient les fromages dans les caves de Roquefort,entre autres. Je suis admirative de ces mouvements - souvent lourds de conséquences pour ces pionnières - qui nous permettent aujourd'hui de jouir d'avancées sociales et légales précieuses.

Dans le même temps, je suis écœurée de constater que l'on ait besoin d'une "journée" pour mettre sur le devant de la scène ces problèmes persistants. Comment peut-on se satisfaire d'1 jour sur 365 pour mettre en lumière la discrimination tenace qui continue de toucher près de 50% de la population mondiale ? Pour cette journée à la fois porteuse d'espoir et désespérante (la route est encore tellement longue...), j'ai voulu rendre hommage à ma façon, aux femmes que j'admire - et plus précisément aux artistes qui m'inspirent. 


Qui m'inspire pour son avant-gardisme


En commençant cet article, j'ai tout de suite pensé à Lotte Reiniger ! Si vous ne la connaissez pas, vous connaissez peut-être un de ses grands admirateurs qui s'est amplement inspiré de son travail, Michel Ocelot (Princes et Princesses, Kirikou, Azur & Asmar). Lotte Reiniger est une dessinatrice et cinéaste allemande qui réalisa l'un des tout premiers long métrages d'animation dans les années 1920.


Son chef d'œuvre, Les Aventures du Prince Ahmed, sorti en 1926, est inspiré des contes des Mille et Une nuits et livre un récit enchanteur qui mêle univers magique et contes d'autrefois. Pour ces 65 minutes de long métrage enchanteur, il faudra près de 300 000 images (!) entièrement réalisées à base de silhouettes de papier découpées - et la découpe laser n'existait pas à l'époque ! C'est après trois de travail que le film sort à Berlin, avant de connaître des projections triomphantes à la Comédie des Champs Elysées à Paris.

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Lotte Reiniger, Les Aventures du prince Ahmed, 1926

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées



Qui m'inspire par sa poésie infinie


Elsa Beskow bien sûr ! J'ai découvert le travail de cette incroyable illustratrice de la fin du 19ème siècle lors de mes premiers séjours en Suède, lorsque j'étais encore au lycée. J'aime chez cette artiste son infinie douceur et la candeur poétique qui se dégage de ses fables. Très inspirée du folklore scandinave, on retrouve au détour de ses pages, trolls des montagnes, elfes de lumières, et toute la vie fantasmée des forêts du grand nord.
Ici, les enfants de Tom Pouce coiffés de fleurs qui vont à l'école des écureuils, là ces mêmes enfants chevauchant des brindilles en compagnie d'elfes des forêts... Son univers est tendre apaisant, et ses aquarelles d'une grande délicatesse ! 

Cette illustratrice et auteure suédoise a publié plus de 40 oeuvres sur la première moitié du 20ème siècle, en plus d'illustrer des chansons, des contes d'hiver parus dans les journaux et autres manuels. Le conte qui la fait découvrir au grand publie ? Les Aventures de Peter au Pays des Myrtilles ("Puttes äventyr i blåbärsskogen") qui parait en 1901 et raconte l'histoire de Peter parti en cueillette avec sa mère, qui se retrouve tout à coup minuscule au pays de fruits...vivants. Un Alice au Pays des Merveilles suédois, en somme.

Je relis régulièrement ses contes à l'approche de Noël, pour me plonger dans l'ambiance, avec des sablés au beurre et les bougies allumées, tout y est. Pour celles qui savent lire le suédois, à lire en V.O car les contes sont écrits en vers rimés. :) Je vous recommande les Elfes de la Forêt, c'est mon préféré ! ("Tomtebobarnen")

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme - Mes artistes préférées - Elsa Beskow

Elsa Beskow Kökshandduk, Familjen Jordgubbe

 

Qui m'inspire par son mérite et son oeuvre prolifique


Vous connaissez sans doute Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir, Edouard Manet ou encore Edgar Degas. Mais connaissez-vous Berthe Morisot ? Non seulement siégeait-elle à la table des Impressionnistes, mais elle en était leur doyenne et membre fondatrice.
J'aime chez elle son travail des pastels, de la lumière et des dégradés délicats. Ses œuvres paraissent souvent comme fondues dans un nuage ou bien perçues au travers d'un brouillard voilé. Il n'y a qu'à voir ses tableaux pour deviner une exigence sans faille. D'ailleurs, on ne sait vraiment pourquoi, elle a détruit la totalité de ses œuvres de jeunesse (par insatisfaction ?) - laissant tout de même derrière elle plus de 400 œuvres ! Berthe Morisot, c'est l'œuvre d'une maître, c'est une pratique rigoureuse et exigeante, c'est une conviction et un engagement indéfectible tout au long de sa vie.

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées
Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Berthe Morisot. Eugène Manet à l'île de Wight (1875)

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Berthe Morisot. Cache-cache (1873).

 
Qui m'inspire pour son sens de l'expérimentation

J'aimerais un instant laisser de côté les peintres, illustratrices et dessinatrices pour le monde de la photographie. Des femmes photographes, on connaît au moins Dorothea Lange, célèbre pour sa photographie sociale de la Grande Dépression, récemment mise à l'honneur lors de l'exposition parisienne au Jeu de Paume en décembre 2018.
Il en est une qui me touche davantage pour son travail de la lumière, son art du portrait et son engagement féministe. Imogen Cunningham - c'est son nom - est une photographe portraitiste américaine qui ne cessera d'expérimenter pendant ses 70 ans de carrière (!). Elle s'essaiera à la juxtaposition de négatifs, elle osera des sujets choquants - tel que son regard sur le nu dans The Bather -, elle adoptera les codes de l'objectivité allemande sur des photos botaniques... Elle passera sa vie à continuer d'apprendre, toujours plus, toujours mieux.

En 1913, alors âgée de trente ans, elle publie le manifeste féministe Photography as a Profession for Women dans lequel elle écrit être allée vers la photographie car c'est "un art ou une profession où hommes et femmes ont les mêmes droits". 

Je vous laisse apprécier ses ombres et lumières, et vous souhaite une belle journée à toutes !


Léa Petitjean

 

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

Petitjean Paris - Journal - Journée de la femme, mes femmes artistes préférées

 

Commentaires (0)

Laisser un commentaire